Une piscine privée toutes saisons et sa salle de bains cylindrique

Au Québec, les propriétaires de ce pavillon de verre rêvaient d’un espace de détente connecté avec la nature. Ouvert sur leur parc arboré, il abrite une piscine associée à une bulle de bien-être, conçue comme un lieu secret. Focus sur cette insolite salle de bains cylindrique.

une psicine privée couverte dans les arbres

Le Canada, son grand air, ses paysages infinis… Quand on la chance de vivre non loin de Montréal, aux portes du Parc national du Mont-Saint-Bruno, il serait dommage de se priver du spectacle offert au fil des mois par l’environnement. Construite dans un écrin de verdure bordé d’arbres dont le feuillage mue à chaque saison, cette piscine couverte est en immersion dans la végétation, à deux pas de leur grande maison. Une oasis de détente qui permet à ses heureux propriétaires de cumuler les plaisirs de la contemplation à ceux de la baignade et des soins sans jamais redouter les aléas du temps à l’extérieur.

Dépaysement garanti

Ici, la frontière entre intérieur et extérieur s’efface, visuellement. Tout en transparence, le Pavillon A (c’est le nom que lui a donné son architecte, Maurice Martel) rend hommage à l’architecture moderniste en s’inspirant librement de deux de ses monuments iconiques : la Glass House de Philip Johnson (1949, Connecticut) et la Ben Rose House d’A. James Speyer, élève de Mies van der Rohe (1953, Illinois), qui servit de décor à La Folle Journée de Ferris Bueller, film américain réalisé par John Hughes (1986).

Son toit plat coiffant des piliers en retrait confère à ce bâtiment rectangulaire une impression de légèreté, comme si sa couverture « flottait ». Noire, la couleur de la structure extérieure s’oppose à celle de l’intérieur, claire et inondée de lumière. Cet éclairage zénithal est propice au développement de plantes tropicales. A la demande des propriétaires, celles-ci créent une ambiance qui invite au relâchement et contribue un peu à leur faire « oublier » les températures au dehors, qui sont négatives une bonne partie de l’année. Aux parois vitrées qui entourent la piscine à la manière d’une serre s’ajoutent des séries de lanterneaux de toiture, qui protègent aussi du soleil quand vient l’été.

Une salle d'eau blanche dans un espace cylidriqueUne colonne de bien-être

Si les plans de la piscine sont régis par la plus orthodoxe des géométries, la salle de bains se distingue par des lignes et un équipement placés sous le signe du cercle. Autour de cette cellule autonome, un bardage de tasseaux de cèdre rouge forme une banquette circulaire dont la teinte chaleureuse tranche avec la blancheur des murs internes. Cette pièce dédiée à l’intimité (la seule zone en repli sur elle-même) figure une sorte de colonne sculpturale à laquelle on accède par une porte arrondie, pour une intégration parfaite au volume. Dans cette pièce pas comme les autres, tout est rond : des tesselles en pastilles du revêtement (une mosaïque blanche aux murs, anthracite au sol) à l’ouverture du puits de lumière dans le plafond, en passant par une tête de douche littéralement auréolée, le lavabo totem et la cuvette des toilettes…

Les détails du projet
Pavillon A, à Saint-Bruno-de-Montarville (Canada),
lauréat Grands prix du design 13e édition, Catégorie salle de bains.
Architecte : Maurice Martel.
Aménagement intérieur : Maurice Martel et Bipède, agence de design d’intérieur.
Entrepreneur : Constructions Deslauriers.
Aménagement paysager : Vertige Paysage, Nicolas Ménard.
Ingénieur structure : Latéral Conseil.
Ébénisterie: Kastella.

Crédits photos : Adrien Williams et Raphaël Thibodeau.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.