3 solutions pour camoufler un vilain carrelage

Difficile de rénover une salle de bains sans en changer le carrelage. Mais comment faire quand le budget est réduit ou le temps compté ? Voici 3 solutions permettant de renouveler le décor d’une salle de bains sans entreprendre de gros travaux.

Plus le carrelage mural est présent dans une salle de bains, plus il est difficile de la rafraîchir sans le faire disparaître. Mais il n’est pas toujours possible d’entreprendre de gros travaux, que l’on soit locataire, pressé ou limité en termes de budget. Heureusement, il existe des solutions pour rénover sans casser, à sélectionner en fonction du rendu décoratif et du type de travaux qu’elles impliquent.

1. La peinture : à éviter sur les carreaux à reliefs

Il est possible de recouvrir un carrelage à l’aide d’une peinture adaptée. Il en existe chez plusieurs fabricants, qui s’applique sans sous-couche, mais en plusieurs couches (Atmos, Julien, Tollen, Zolpan, V33…). La marque Résinence, elle, propose non pas une peinture, mais une résine époxy, qui est à la fois plus coûteuse, plus résistante et plus délicate à mettre en œuvre (mélange des composants, temps d’application…). Bi-composante, cette résine est utilisable sans sous-couche (mais après un dégraissage à l’acétone de la surface à recouvrir) sur la plupart des supports, dont le carrelage, au rouleau, en une ou plusieurs couches selon la couleur du fond. Une couche de finition est ensuite nécessaire pour protéger la surface (photo : V33).

Limites : Lorsque le carrelage présente des reliefs, comme c’est le cas sur certains modèles des années 1970, le camouflage n’en est plus un, les reliefs restant apparents.
Facilité d’application : Il est important de bien préparer son chantier, car la peinture doit être appliquée rapidement, en particulier la peinture époxy Résinence. Bien suivre les conseils des fabricants, à télécharger sur leur site Internet.
Coût : à partir de 8 €/m² pour une peinture et jusqu’à et 18 €/m² (1 couche) pour une résine époxy type Résinence…

2. Les panneaux de douche : des décors à l’infini

Nombre de fabricants proposent désormais des panneaux muraux destinés à camoufler un ancien carrelage, y compris dans la douche. Ils sont en stratifié, acrylique, polyuréthane, grès cérame, béton de résine… Certains sont collés directement sur la surface carrelée (attention à l’épaisseur du panneau, qui doit être suffisante pour ne pas laisser apparaître les irrégularités du mur, en particulier les joints de carrelage). D’autres sont fixés sur une structure métallique. Les décors sont aussi variés que les fabricants (photo : Ambiance Bain, panneaux de douche en SMO).

Limites : Aucune. Dans la douche, attention de bien respecter les prescriptions du fabricant, afin de bien assurer l’étanchéité de la surface.
Facilité de mise en œuvre : A chaque marque sa technique, notamment en ce qui concerne les jonctions entre panneaux.
Coût : De 50 €/m² jusqu’à plus de 500 €/m².

3. L’enduit décoratif : un rendu un brin rustique

Parce qu’ils sont épais, les enduits décoratifs, ainsi que les bétons cirés, ont l’avantage de faire disparaître les irrégularités des murs carrelés ou recouverts d’un crépi, d’une toile de verre… Ils s’appliquent en général directement, sans ponçage ni sous-couche préalable, à la taloche. Un petit coup de main est toutefois nécessaire. Dans la salle de bains et dans la douche, l’enduit doit ensuite être protégé à l’aide d’un vernis spécial. Les finitions varient, du gris béton à la couleur.

Limites : S’agissant d’un enduit, l’effet décoratif, nuancé pour ne pas dire rustique, n’est pas forcément du goût de tout le monde.
Facilité d’application : Un coup de main est nécessaire.
Coût : Si l’on considère le produit Masq’Carrelage et Mur de Maison Déco (photo), comptez 15 €/m², y compris le vernis, indispensable dans la salle de bains.

Enregistrer

Enregistrer



LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here