Economies d’énergie : ne baissez pas la température de l’eau dans le ballon

L’énergie coûte très cher aujourd’hui, et l’on est tenté de baisser la température de l’eau chaude dans le ballon de stockage. Mauvaise idée, car cela favorise les développements bactériens, légionelles en tête, qui peuvent provoquer des infections respiratoires.

Main réglant la température de stockage de l'eau chaude dans un cumulus

Les légionelles sont à l’origine de pneumonies qui peuvent mal tourner, notamment chez les personnes âgées ou immunodépressives. A la maison, elles se développent dans les ballons et canalisations de distribution de l’eau chaude sanitaire lorsque leur température est inférieure à 50 °C et se diffusent par inhalation de gouttelettes d’eau (aérosols) contaminées. Si leur présence est contrôlée dans les établissements de santé, bureaux (notamment climatisés), hôtels et autres bâtiments tertiaires, c’est rarement le cas dans l’habitat. Or, les risques sont les mêmes, sachant que les légionelles barbotent dans l’eau à 40°C, surtout si elles y trouvent les nutriments (calcium, fer, magnésium…) dont elles ont besoin, et s’arrêtent de proliférer à 50 °C, selon une récente étude de l’université de Zurich [1].

La température dans le ballon d’eau chaude ne doit pas être inférieure à 50°C

S’il est généralement admis que la température dans le ballon d’eau chaude, électrique ou autre, doit être comprise entre 55 et 60 °C, cette étude [1] indique que l’on peut la limiter à 50°C. Mais il ne faut pas descendre en dessous, car les risques de développements bactériens sont réels. D’autant plus si les canalisations de distribution de l’ECS sont longues – dans lesquelles l’eau se refroidit jusqu’à atteindre la température ambiante –, qu’il existe des bras morts dans le réseau favorisant la stagnation de l’eau, ou que celle-ci ne circule pas durant un temps long, par exemple lorsque la maison est vide.

Economiser non pas en baissant la température de l’eau chaude mais en réduisant sa consommation

Il est recommandé de baisser la température de l’eau de la douche plutôt que celle du ballon d’eau chaude. Tout aussi efficace : limiter le temps passé à se laver. Il est également profitable de sur-isoler le cumulus (il existe des housses adaptées aux ballons d’eau chaude).

En cas d’absence de plus de trois jours, il est préférable de couper le ballon plutôt que d’en baisser la température, et de le vider avant de partir : les refroidissements lents favorisent la prolifération des agents pathogènes. Sinon, on peut aussi, au retour, monter la température du ballon durant quelques heures, puis la réduire à 55-60 °C, sachant que plus elle est élevée, plus les bactéries sont tuées rapidement, de l’ordre de quelques minutes à 70-80 °C.

[1] Groupe de recherche d’Hubert Hilbi, université de Zurich.

Trouver votre magasin de salle de bain

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.