10 meubles de salle de bains avec des vitrines en verre fumé

Dans un esprit boutique qui rime avec grand chic, les façades des meubles de salle de bains optent pour du verre légèrement teinté, au point d’eau comme sur les compléments. Une ode au rangement parfait qui invite à montrer tout ce qu’on ne saurait cacher : les vitrines, c’est la transparence assumée !

Meubles hauts, tiroirs, colonnes, étagères, casiers… Le verre s’immisce dans la salle de bains et permet d’entrevoir l’envers du décor. Prenant le contrepied de ce qui se fait d’ordinaire, le linge de toilette et les produits de soin s’offrent au regard, tout en se dévoilant de façon mesurée : pour stocker en beauté, les parties vitrées sont souvent teintées, ne serait-ce que légèrement. Plus ou moins foncées, mais toujours sobres, les tonalités vont du gris très clair au presque noir, sans oublier le bronze fumé qui, quelle que soit son intensité, apporte une note vintage dans un exercice de style qui évoque les salons des seventies. A noter : certaines parois de douche sont aussi proposées en verre teinté, pour harmoniser l’ensemble des composants de la pièce.

En mettant en scène les objets du quotidien, cette tendance s’inspire des présentoirs des grands magasins, des meubles de métier d’antan et des armoires des pharmacies des années 1950 : avec ce mobilier dont la masse est visuellement « allégée », tout est clair, propre, soigneusement ordonné… et sublimé (photo de droite : armoire de toilette Strato d’Inbani, à porte vitrée ou miroir incolore, gris ou bronze, sur structure en aluminium anodisé noir avec poignée de la même finition).

A condition de ranger et de miser sur de jolis flacons, de choisir tout autant le contenu que le contenant, ces vitrines sont belles et fonctionnelles. Bouteilles de parfum, cosmétiques au packaging haut de gamme et autres accessoires deviennent des éléments décoratifs à part entière, que nous aimons garder à portée de mains et des yeux. Ainsi, à la manière des œuvres d’art qui sont mises « sous cloche » dans les galeries et les musées, la myriade de petits objets qui entoure le rituel de la toilette, du coiffage, du maquillage sort de l’ombre, tout en demeurant protégée.

Les structures présentent souvent un cadre en métal, qui renvoie au style industriel ou Art Déco, selon que la finition est respectivement noire/anthracite ou en laiton, ce doré « vieilli » qui signe son grand retour après avoir été très en vogue dans les années 1970. Si le noir, de préférence mat, est LA couleur des vitrines qui lui confère raffinement et caractère, le bois n’a dit son dernier mot. Il fait la part belle aux essences luxueuses, en particulier le noyer dont les veines sombres sont à nouveau très prisées (programme de colonnes suspendues Passepartout, collection Metamorphosi d’Artelina, photo d’ouverture), disponibles en différentes hauteurs (H 224 ou 140 cm), avec des portes en aluminium bruni et un choix de verres décoratifs (transparent, bronze et fumé).

A l’inverse, les intemporels beige et ivoire sont aussi en grâce, apportant une touche de rétro plus douce, en phase avec les atmosphères de charme et les ambiances scandinaves, ce qui permet aussi d’épurer le look atelier (collection Diesel Open Workshop de Scavolini, photo ci-dessus, finition Total White, avec meuble lavabo Shape, vitrines et tiroirs en verre Ribbed Glass, plan en quartz Motley, profils et pieds en acier Soft et façades de portes lisses en laqué mat Blanc Prestige). Avec les vitrines, matériaux, finitions et références stylistiques jouent clairement la carte du précieux, confirmant le statut de pièce à vivre de la salle de bains (ligne Bespoke d’Antonio Lupi, photo ci-contre).

Comme un meuble de boutique

Associant le bois et le verre, translucide et miroir (dans des aspects naturel, extra-clair, fumé ou bronze) à une structure en aluminium (finitions gris métal, bronze ou bronze anodisé), cette ligne d’agencement et de mobilier de salle de bains comprend également des panneaux muraux sur lesquels viennent se greffer différents modules de rangement bas ou hauts, grâce à un système de crémaillère : étagères, consoles… En verre transparent teinté bronze, la vasque rectangulaire à poser est pratiquement invisible, coordonnée à l’ensemble.
Photo ci-contre à droite, Meuble Isola de Itlas, robinetterie Bloom de Jee-O.

Noir sur noir, verre compris

Le mariage du noir qui s’affiche en différentes finitions sur le meuble-vasque et les éléments de rangements (mat pour les façades et le caisson du meuble, et brillant pour le plan-vasque en verre graphite) avec les tonalités naturelles des revêtements de sol et de murs se révèle très actuel, la paire de demi-colonnes vitrines en verre fumé et côté couleur taupe satiné, lui aussi noir, suggèrent sans montrer (124 cm de hauteur), ajoutant une indéniable délicatesse à l’ensemble. Meuble-vasque : L 121 x P 46 cm. Collection Unique de Delpha (photo à gauche).

Un cadre en laiton qui enjolive des vitrines encastrées

Encastrée dans la cloison au-dessus d’un plan-vasque gris béton assorti aux façades du mobilier, l’armoire de toilette est mise en valeur par ses portes en verre fumé encadrées de profilés en laiton (finition aluminium Rosato), assortis aux minces baguettes de préhension servant de poignées et à la robinetterie. Photo de droite : implantation en L 210 x P 52 cm. Meuble Rea de Edone.

Un meuble-vasque à la transparence limitée

Parmi les évolutions les plus récentes de la collection Cubik, ces façades en verre dépoli sont relativement occultantes, le contenu n’apparaissant qu’en filigrane, sous la forme de silhouettes et de masses plus ou moins colorées : un bon compromis entre la transparence absolue, qui demande de l’ordre, et des portes pleines. Cubik d’Idea Group.

Une version épurée de l’armoire vitrée

Derrière sa porte en verre Parsol montée sur un cadre en aluminium, le contenu de cette armoire aux pieds élancés se devine à peine, n’apparaissant qu’en semi-transparence. L’intérieur est garni d’étagères en verre. Elle existe en plusieurs versions à poser, H 40 ou 50 x L 24 ou 36 cm. Design by Sieger Design. Armoire Xviu de Duravit (photo de droite).

L’Art Déco revisité

Avec ses lignes marquées par la rondeur caractéristique de l’Art Déco, ses façades dans un ton taupe clair ponctuées de rehauts métalliques noirs dont la couleur trouve écho dans la vasque en céramique, cette collection ne manque pas de chic. Avec l’armoire mi-colonne, pièce-phare placée au centre de la salle, elle joue même dans le registre des meubles de boutique, version premium. En son cœur, la vitrine à deux portes dont l’intérieur est subtilement éclairé recèle un coffre à double battant. Grâce à cette mise en abime, chacun peut ainsi mettre à l’abri des regards les « trésors » qu’il ne souhaite pas exposer. H 136,5 x L 101 x P 41,5 cm. Existe aussi en colonne, H 160 x L 40 x P 40 cm. Photos de gauche : Mi-colonne Lavo 2.0 de Burgbad.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.