4 conseils avant d’acheter une verrière d’intérieur

Parce qu’elle a du style et permet de décloisonner sans ouvrir, la verrière intérieure est à la mode, notamment entre la chambre et la salle de bains. Voici 4 conseils qui vous permettront de faire le bon achat et de ne rien regretter.

Verriere d'atelier séparant chambre et salle de bain
Entre chambre et salle de bains, verrière atelier Eco de Lapeyre, en acier, 4 vitrages (largeur totale 134 cm). Prix : à partir de 899 € (hauteur 150 cm).

Une verrière d’atelier est un bel élément d’aménagement intérieur, qui permet de cloisonner tout en décloisonnant et d’optimiser l’aménagement de l’espace. Avec une verrière intérieure, on ouvre l’espace au regard et à la lumière, tout en le distribuant et en l’isolant du point de vue acoustique et de la diffusion des odeurs. L’intimité est préservée, de même que le volume et la perspective.

La verrière a l’avantage de supprimer tout sentiment d’enfermement, permettant, par exemple, de réunir chambre et salle de bains mais en les séparant, notamment quand elle est installée en tête de lit (photo ci-dessus).

« Autrefois, explique Alix Delclaux, architecte d’intérieur et décoratrice, on cloisonnait. Depuis 20 ans, on ouvre tout. Maintenant, on utilise les verrières pour faire deux pièces avec une seule. »

De plus, une verrière est une cloison légère : qu’elle repose sur un muret de 10 cm d’épaisseur et/ou soit fixée au plafond (béton), elle est rapidement et facilement déposée : il suffit de détruire l’éventuel muret et de boucher quelques trous. Toutefois, quelques précautions importantes doivent être prises.

1. Vérifier si le mur est porteur ou non

Gare aux murs porteurs ou semi-porteurs (briques notamment) ! Si votre verrière doit ouvrir un mur porteur, il est indispensable de faire appel à un professionnel, qui devra réaliser les calculs nécessaires et prévoir, éventuellement, la pose d’IPN. C’est coûteux, mais s’en passer, c’est prendre de gros risques. De plus, dans les immeubles collectifs, l’autorisation de la copropriété s’impose.

2. Choisir une verrière de qualité

Une verrière de qualité est en acier soudé, constituée de fer à T. Les vitres, de sécurité, doivent être maintenues à l’aide de parcloses et d’un joint, qui évitera à la vitre de vibrer. Si une vitre d’une verrière sans parclose est cassée, c’est tout le panneau qui doit être changé, pas seulement la vitre.

3. Faire poser sa verrière par un professionnel

C’est prudent quand on n’est pas un bricoleur averti. Car une verrière ne souffre pas l’amateurisme. Il faut prendre en compte son poids, qui peut être conséquent, s’assurer qu’elle est bien posée sur un sol ou un support plan, orienter les parcloses du bon côté… Selon Lapeyre, le prix de la pose d’une verrière d’atelier est compris entre 200 et 800 € HT selon ses dimensions.

4. Ne pas transformer sa verrière en paroi de douche

Si vous souhaitez prolonger le style atelier jusque dans la douche, évitez d’utiliser une verrière. D’une part, celle-ci n’est pas étanche. De plus, elle n’est pas traitée pour supporter les projections d’eau. Sans parler du nettoyage !



LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here