La liaison équipotentielle relie à la terre tous les équipements métalliques susceptibles de conduire l’électricité. Elle est destinée à protéger les personnes contre les chocs électriques. Dans la salle de bains, elle peut sauver des vies.

La salle de bains de Claude François n’était pas dotée d’une liaison équipotentielle reliée à la terre et de disjoncteurs différentiels sensibles (30 mA). Si elle l’avait été, sans doute aurait-il eu la vie sauve le 11 mars 1978. Ce jour-là, les pieds dans l’eau du bain, il a voulu remettre d’aplomb une applique lumineuse parcourue par un courant de fuite, l’un des fils électriques touchant la carcasse métallique. Or, explique Promotelec, association pour le confort et la sécurité dans l’habitat, « rentrer en contact simultané avec deux éléments conducteurs dont la tension électrique est différente risque de mener à l’électrocution. »

Le rôle de la liaison équipotentielle, qu’elle soit principale (c’est celle du logement) ou supplémentaire et locale (c’est celle de la salle de bains), est d’annuler ces différences de tension et de conduire les courants de fuite, qui se produisent lorsqu’un appareil électrique sous tension est défaillant, jusqu’à la terre de l’installation électrique à laquelle elle est raccordée. La liaison équipotentielle est généralement réalisée à l’aide d’un conducteur d’au moins 2,5 mm² de section et doit être en conformité avec les spécifications détaillées dans la norme NF C 15-100.

La liaison équipotentielle est obligatoire toutes les pièces abritant une baignoire ou une douche. Elle relie les appareils métalliques situés dans la pièce, tels que le chauffe-eau, le receveur de douche ou la baignoire s’ils sont en acier ou en fonte (ces équipements prévoient une borne de raccordement), le caniveau de douche s’il est en acier, les canalisations d’alimentation d’eaux chaude et froide ou de gaz en cuivre ou métallique, le radiateur s’il est alimenté par une canalisation métallique ou s’il n’est pas de classe II (modèle électrique), les huisseries métalliques…

En plus de la liaison équipotentielle, la sécurité électrique est, dans la salle de bains, assurée par des disjoncteurs ou interrupteurs différentiels. Installé sur le tableau électrique, le disjoncteur différentiel est un organe de coupure automatique destiné à protéger les personnes contre les risques d’électrocution. La coupure est réalisée lorsque l’intensité du courant entrant est différente de l’intensité du courant sortant, signe l’existence d’un courant de fuite vers la terre. Les équipements sensibles de la salle de bains, par exemple la baignoire balnéo ou le chauffe-eau électrique, doivent être reliés à un disjoncteur différentiel.

En résumé, pour protéger les personnes des chocs électriques dans la salle de bains, il faut prévoir une liaison équipotentielle reliée à une mise à la terre effective et associée à un ou plusieurs disjoncteurs différentiels. Il est recommandé, pour la réaliser, de faire appel à un électricien compétent.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.