L’essuyage : l’ère du papier, de son invention chinoise à l’effeuillage de périodiques

Après l’âge de pierre, vint celui de la feuille, pas de celle qu’on trouve dans la nature mais une « pousse » de culture. De l’avènement du papier en Chine à celui de l’imprimerie puis des journaux, tour d’horizon des pratiques cocasses en usage avant l’invention du papier toilette tel que nous le connaissons.

piles de feuilles de papier chinois ancien

Si la date de son invention est incertaine (sans doute deux cents ans avant notre ère), une chose semble sûre, le papier est né en Chine. Les fragments anciens découverts par les archéologues sont constitués d’écorces de murier ou de fibres de lin et de chanvre dissoutes en pâte après macération et battage dans de l’eau, puis transformées en feuille de papier par séchage sur un moule poreux. Un certain Cai Lun (v. 50-121), eunuque et haut fonctionnaire à la cour de l’empereur sous la dynastie des Han (206 av. J.-C.–220), est officiellement le premier a en avoir revendiqué la précieuse recette, qu’il n’a pas créée mais améliorée (vers 105 ap. J.-C.). [1]

Empruntant les routes commerciales du Moyen-Orient à l’Espagne des Omeyyades, le secret de fabrication de ce qui n’est encore qu’un support d’écriture s’ébruite doucement et le papier entame sa conquête de l’Europe aux alentours du Xe siècle, remplaçant peu à peu papyrus et parchemins avant de connaître de moins nobles destinations…

Un usage détourné

Les historiens font remonter au VIe siècle le premier emploi de papier pour assurer l’hygiène personnelle. Il ne s’agit pas encore de papier toilette au sens moderne du terme, mais d’un détournement d’usage qui se conçoit pour les écrits de moindre valeur comme le suggère Yan Zhitui (531-591). Cet homme de lettres chinois a transmis sa pensée à ses fils au travers d’un recueil titré Instructions familiales de maître Yan. Dans cet ensemble de conduites à adopter, il évoque un « papier sur lequel il y a des citations ou des commentaires des Cinq Classiques ou des noms de sages, (qu’il) n’ose pas utiliser pour les toilettes. » 

Une pratique courante

Trois cents ans plus tard, au cours de l’ère abbasside, le récit de voyage en Chine du savant arabe Abu Zad al-Sirafi confirme que l’utilisation du papier pour s’essuyer est courante sous la dynastie Tang (618-907). Alors que lui-même pratique une toilette à l’eau à l’aide de la main gauche comme il est aujourd’hui encore de coutume au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est ou en Inde, et d’une manière générale dans les pays de confession musulmane, il est choqué par cette pratique et note dans ses Observations sur la Chine et l’Inde (v. 851) que « les Chinois ne sont pas hygiéniques, et ils ne se lavent pas le dos avec de l’eau après avoir déféqué, mais essuient simplement avec du papier chinois. »

Un papier parfumé, fabriqué pour l’élite

Dans le tome 5 consacré à l’invention du papier et à l’imprimerie de son encyclopédie Science et civilisation en Chine, l’historien, biochimiste et sinologue britannique Joseph Needham (1900-1995) indique qu’au XIVe siècle, avant même que Johannes Gutenberg n’invente les caractères mobiles d’imprimerie typographique du coté de Mayence (v.1450), la fabrication du papier destiné à la toilette se faisait à grande échelle, du moins pour l’élite de la dynastie Ming (1368-1644).

Le professeur de la prestigieuse université de Cambridge livre même une estimation pour le moins étonnante du volume produit… « Le papier hygiénique était fabriqué à partir de paille de riz, dont les fibres étaient tendres et nécessitaient moins de temps et de travail pour être transformées (…) De grandes quantités de ce papier étaient nécessaires pour un usage quotidien, et pour la cour impériale seule, il a été spécifié en 1393 que le Bureau des fournitures impériales a fabriqué 720 000 feuilles de deux pieds sur trois pour l’usage général de la cour et 15 000 feuilles, trois pouces carrés, jaune clair, épais mais doux et parfumé, pour l’approvisionnement spécial de la famille impériale. La quantité fabriquée chaque année était si grande que les déchets de paille et de chaux qui s’accumulaient dans l’usine impériale formaient un monticule appelé Elephant Mountain. Même au début de ce siècle, la production annuelle de papier pour les toilettes à Chekiang représentait à elle seule dix millions de colis de 1 000 à 10 000 feuilles chacun. » [2]

La poésie au fond du trou

Alors que les fesses des empereurs de Chine jouissent déjà d’une édition spéciale qui a le luxe d’être également odorante, ce n’est qu’au XVIe siècle que la noblesse d’Europe, bientôt imitée par les riches roturiers, commence à goûter à l’usage du papier imprimé, les livres trouvant là une voie peu glorieuse de recyclage. Actif au cours du règne d’Henri IV, le poète satirique Mathurin Régnier (1573-1613) donne alors dans le réalisme le plus cru, évoquant le sort d’une certaine littérature, suivant le principe expérimenté dix siècles plus tôt au confins de l’Empire Céleste : « Et pour prix de sa grande peine aux grands vers dispensés, Tous ces papiers serviront à la chaise percée ». [3]

En sacrifice à Cloacina

Dans ses Lettres à son fils, Lord Chesterfield (1694-1773) lui recommande de toujours garder à portée de main des éditions bon marché des poètes latins, érigeant en modèle un voyageur qui « a acheté, par exemple, une édition courante de Horace, dont il a arraché progressivement quelques pages, les a emportées avec lui à cet endroit nécessaire, les a lues en premier et les a envoyées en sacrifice à Cloacina (…). Je vous recommande de suivre son exemple. Il vaut mieux que de faire ce que vous ne pouvez pas vous empêcher de faire à ces moments et cela rendra très présent à votre esprit tout livre que vous lirez de cette manière. »

Noir comme un cachet de latrine

Lors de la réfection du Louvre, les fouilles archéologiques menées dans les anciennes latrines sous la cour Napoléon ont révélé qu’il était courant d’y racler son derrière avec des documents tout ce qu’il y a de plus officiels. Les feuillets ayant disparu, il reste pour preuve plusieurs centaines de cachets de cire. Si leur nombre impressionne (plus de 700), la qualité de ces archives aussi car ces sceaux portent de prestigieuses armoiries de la fin XVIIe et XVIIIe, parmi lesquelles celles de la famille d’Orléans, de Rohan, ou encore du grand Colbert… [4]

Ne plus valoir un pet de lapin

La citation du contrôleur général des finances du Roi-Soleil invite justement à se pencher sur le destin des billets émis après la banqueroute du système de Law (1720), un fond spéculatif créé pour renflouer les finances de la France à la mort de Louis XIV. A ce sujet, la très lucide et persifleuse princesse Palatine, épouse du frère du défunt roi, Philippe d’Orléans, sous la régence duquel ces billets furent émis, lâchera : « Le papier ne manque pas. En France, plus personne n’a un liard, mais en bon langage, on a des torche-culs de papier à foison ».

Un journal… des torchons ?  

En Europe, l’impression passe en mode industriel autour des années 1798. Ayant le mérite de fournir des pages « fraîches », sinon quotidiennes, les journaux qui se développent au XVIIIe siècle n’échappent alors pas non plus à cette sombre issue. Mais il n’y a pas que les billets des éditorialistes qui servent à la chaise (la chasse n’existant pas encore). En effet, tout y passe, à commencer par les catalogues de vente par correspondance. A l’orée du XXe siècle, le catalogue Sears semble être par exemple un must en la matière aux Etats-Unis. Du moins jusqu’à ce que son papier non couché (et de fait relativement absorbant) soit remplacé dans les années 1930 par une version glacée, déclenchant un tonnerre de plaintes…

[1] Invention du papier en Chine, Olivier Lavoisy, Universalis.fr.
[2] Joseph Needham, Science and civilization in China, Volume 5, Part 1 : paper and printing, 1986, p. 122, 123.
[3]
Les Satires, Mathurin Régnier, N°1 à XVI, 1604-1608.
[4] Seine. Paris : fouilles archéologiques du Grand-Louvre, Cour Napoléon. Jean-Pierre Trombetta, Bulletin Monumental, année 1985, 143-3 pp 276-277.

Bibliographie
Le grand livre du petit coin, Sabine Bourgey et Alain Schneider, édition Horay.
Histoire et bizarreries sociales des excréments – Des origines à nos jours, Martin Monestier, Le Cherche Midi Editeur.
Le livre (très sérieux) du caca – Le transit au-delà des tabous, Caroline Balma-Chaminadour, Jouvence Editions.

Photos : ouverture, EyeOfPaul via Istockphoto, ci-dessus Rémi Berli.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.