C’est quoi une ventilation primaire ?

Il n’y a pas d’évacuation correcte des eaux usées (salles de bains et cuisines) et des eaux vannes (WC) sans une ventilation primaire efficace. Sa fonction : prévenir les variations de pression dans les colonnes de chute.

Dans la maison, les eaux usées ou ménagères issues des appareils sanitaires (douche, lavabo, baignoire…) sont évacuées, via un collecteur horizontal, dans une colonne de chute (ou descente) verticale. Les eaux vannes des toilettes sont évacuées de la même manière, mais par l’intermédiaire d’une autre colonne de chute. Pour fonctionner correctement, ces colonnes de chute doivent être prolongées en toiture jusqu’à l’air libre, au-dessus des locaux habités : c’est la ventilation primaire.

La ventilation primaire permet d’éviter les variations de pression dans les descentes d’eaux usées et d’évacuer les effluves des eaux ménagères et des eaux vannes. Lorsque l’eau s’écoule dans une colonne verticale, il se crée un effet de pompe susceptible d’aspirer les gardes d’eau des siphons des appareils sanitaires qu’elle évacue. Un siphon sans garde d’eau, donc sans bouchon hydraulique, réalise un passage direct entre l’air des égouts et celui de la pièce qui l’abrite.
Les ventilations primaires de plusieurs chutes peuvent être regroupées en une seule. De plus, la ventilation primaire peut être remplacée par un clapet équilibreur de pression.

Le cas particulier de la chute unique

Il arrive que les eaux vannes (WC) et les eaux usées (salle de bains et cuisine) soient évacuées dans la même chute verticale, dite chute unique (ce que le schéma ci-dessus illustre). Dans ce cas, il est nécessaire de réaliser une ventilation secondaire, destinée à prévenir l’effet de piston que crée l’évacuation rapide d’une grande quantité d’eau – la chasse des toilettes –, provoquant l’aspiration de la garde d’eau des siphons des appareils sanitaires raccordés sur la même chute. C’est pourquoi, qui dit chute unique dit ventilation secondaire, réalisée à l’aide d’une canalisation parallèle reliant chaque siphon à la ventilation primaire, ou utilisation d’un système de canalisation spécifique (Chutunic de Nicoll…). On peut également éviter la ventilation secondaire en installant des clapets aérateurs (ou antivides ou reniflards) sur la colonne. Ceux-ci sont équipées d’une membrane qui se soulève lorsqu’une dépression se produit, permettant une entrée d’air qui évite le désamorçage du siphon.

Que faire en cas de mauvaises odeurs dans la salle de bains ou la cuisine ?

Si de mauvaises odeurs surgissent dans la salle de bains ou la cuisine, il convient de vérifier que la ventilation primaire joue bien son rôle. Si le problème persiste, on peut installer un reniflard sur la descente d’eau, positionné au-dessus du niveau du trop-plein du lavabo ou de l’évier. Il est également possible de prévoir l’installation du nouveau siphon Néo Wirquin de Wirquin Pro qui, doté d’un reniflard, prévient l’aspiration de sa garde d’eau en cas de forte dépression dans la colonne de chute (commercialisation avril 2018).



LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here